Caritatif : le digital, une nécessité pour sortir de la crise

Le 17/07/2020

Les habitudes des donateurs évoluent. En 2019, la collecte de dons en ligne est en croissance, + 9% vs 2018 selon le baromètre France Générosité 2019. Associations, donateurs, se sont tournés vers le digital. Une tendance que la crise sanitaire aura sans aucun doute accentuée. Les associations accélèrent leur développement numérique pour collecter des dons.

La digitalisation à marche forcée a pris le pas. Voici quelques exemples de digitalisation intégrées aux campagnes marketing :

  • Digitalisation de la collecte événementielle

Pétitions, webinaire, rencontres, concerts, spectacles, conférence, débat autour d’une cause… peuvent être digitaux. Les événements devenus live, peuvent-être un moyen d’attirer des internautes et les transformer en donateurs.

 

  • Mise en place de mini sites dédiés à l’appel au don et de plateformes pour collecter les dons

Plateformes dédiées à un événement ou à une association sont assez rapides à réaliser. Pendant la crise, nous avons vu des associations très réactives et créatives les mettre rapidement en place en soutien des associations locales. On pense notamment à l’association PSG dont la plateforme mise en place soutient l’APHP. Bien structurées, avec un message clair et un don en ligne facile, en un ou deux clics, elles sont de plus en plus appréciées par les donateurs. Ces plateformes sont aussi l’occasion, via des formulaires, d’augmenter ses bases de données et de collecter des leads. Cela permettra sur le long terme d’engager puis de fidéliser le donateur en lui proposant du contenu adapté.

 

  • Automatisation des campagnes marketing pour la conversion de leads

En adoptant un outil de marketing automation, le gain de temps est précieux. Les campagnes de conversion de leads peuvent être automatisées. Le marketing automation permet de partager régulièrement du contenu informatif, de suivre le comportement des leads, d’adresser le bon message personnalisé et de les convertir en nouveaux donateurs. L’intérêt majeur est d’optimiser le temps de conversion de leads en donateurs.

 

  • Investir dans les réseaux sociaux

Dans la continuité, de s’emparer du numérique pour créer du lien, être sur les réseaux sociaux via des campagnes payantes, du contenu gratuit est aujourd’hui indispensable. Les réseaux eux-mêmes l’ont bien compris, et ont ajouté récemment des boutons ou stickers donations. C’est le cas d’Instagram en juillet 2019 et de Tik Tok qui a lancé son autocollant donation pendant le confinement. Facebook, précurseur, propose toujours son call to action « Faire un don ».

 

  •  Dispositifs publicitaires Display, SEA, Emailing…

Les dispositifs digitaux à mettre en œuvre dépendent des objectifs et de la stratégie choisie. Si l’objectif final est bien de générer des dons, le besoin premier des associations passe souvent par la collecte de leads. Dans ce cas les leviers Facebook et Emailing seront plus appropriés. Pour le réengagement, le retargeting est privilégié. Les campagnes sont au CPL, c’est-à-dire « à la performance ». Le dispositif le plus efficace est celui qui mixera les différentes campagnes marketing et répondra aux besoins de la cible.

 

Pour le secteur caritatif, le digital est déjà un incontournable. Il le sera encore plus les années à venir. Pour sortir de la crise, les associations qui s’étaient déjà lancées ou qui se sont lancées rapidement dans le numérique sont celles qui s’en sortent le mieux. Il n’est pas trop tard pour s’emparer à bras ouvert du sujet. La crise sanitaire a montré que les plus réfractaires ont trouvé des solutions pour une sortie de la crise via le marketing digital, souvent facile à mettre en œuvre. Les leviers sont nombreux, efficaces, ajustables et optimisables. Le plus pertinent est de choisir une agence du secteur, comme Adress Company, qui vous guidera dans le choix de vos campagnes.